Bitcoin
USD 5,009.99
Bitcoin Cash
USD 341.99
Ethereum
USD 152.05

Swarm: Le protocole de stockage d’Ethereum

Pas le temps de lire? Téléchargez ce post en PDF 🙂

À la sortie de la geth 1.5 en 2016 («let it bee light»), Swarm a été intégré à la version officielle de Go-Ethereum en tant que fonction expérimentale. 

Swarm est en quelque sorte le protocole de stockage d’Ethereum. La bande passante (utilisant le protocole  Swarm = SWAP) est responsable du bon fonctionnement et de la livraison rapide du contenu en incitant les nœuds à contribuer et à relayer les données. La fondation Ethereum contribue à la création d’un cluster fonctionnant sur le cloud d’Azure. La communauté est invitée à rejoindre le réseau, à contribuer aux ressources, aux problèmes, à identifier les points critiques et à fournir des informations en retour sur la facilité d’utilisation. Les instructions peuvent être trouvées dans le guide Swarm.

Comment fonctionne Swarm?

Swarm est une plate-forme de stockage distribuée et un service de distribution de contenu; un service natif d’ethereum Web3. L’objectif est une solution de stockage et de service résistant aux DDOS, aux pannes, à la censure et autonome grâce à un système d’incitation intégré.

Le principal objectif étant que le contenu soit téléchargé, les nœuds constituant Swarm dédient toutes les ressources (espace disque, mémoire, bande passante et CPU) pour stocker et servir des blocs. Chaque nœud a une adresse (le hachage de l’adresse de leur compte bzz) dans le même espace de clé créant un réseau de superposition. Si nous téléchargeons un bloc dans Swarm, le protocole détermine le stockage sur les nœuds les plus proches de l’adresse du bloc (selon une mesure de distance bien définie). Les nœuds qui souhaitent récupérer ultérieurement le contenu peuvent le retrouver en transmettant une requête aux nœuds situés à proximité de l’adresse du contenu. Lorsqu’un nœud a besoin d’un bloc, il envoie simplement une requête avec l’adresse du contenu. À cet égard, Swarm ressemble à une table de hachage distribuée.

Documents et hachage de Swarm

Le API Swarm fournit un “chunker”, ce dernier prend n’importe quel type de source lisible, tel qu’un fichier ou un périphérique (ex: caméra vidéo), et le découpe “en morceaux” de taille fixe. Ces “morceaux” de données sont hachés puis synchronisés avec des pairs. Les hachages des blocs de données sont ensuite empaquetés dans des blocs eux-mêmes (appelés blocs intermédiaires) et le processus est répété. Actuellement, 128 hachages constituent un nouveau bloc. En conséquence, les données sont représentées par un merkle, et c’est le hachage racine de l’arborescence qui sert d’adresse pour extraire le fichier téléchargé.

Swarm est une technologie complémentaire qui contribue à la vision d’Ethereum en tant que “world computer”. En imaginant Ethereum comme un ordinateur partagé, il convient de noter que le seul calcul ne suffit pas. Pour qu’un ordinateur soit pleinement utile, il doit également disposer d’un espace de stockage permettant de “mémoriser” l’information ainsi que de bande passante pour traiter cette dernière .

Référence:

https://swarm-guide.readthedocs.io/en/latest/

https://blog.ethereum.org/2018/06/21/announcing-swarm-proof-of-concept-release-3/

Shay

Shay

Co-fondatrice de l'agence de conception de chatbots CConnect. Passionnée par les crypto-monnaies.
Shay

Related Posts

Laisser un commentaire

cypherpunk's Manifesto (Manifesto pour la confidentialité)

  • "Puisque nous souhaitons la confidentialité, nous devons nous assurer que chaque partie n’a connaissance que de ce qui le concerne directement"...

    Lire

Catégories

error: Content is protected !!