Monero : L’anonymat, un atout ou une faiblesse?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
http://blockchainmag.fr/monero-lanonymat-un-atout-ou-une-faiblesse/
RSS
SHARE
Follow by Email

 

Monero est basé sur le protocole Cryptonote (en constante évolution). C’est un des projets les plus important et un des plus actif. Il est aussi reconnu par son caractère anonyme. Quelles sont les principales spécificités? Peut-il rivaliser avec le Bitcoin?

Les caractéristiques de Monero peuvent être classées en 3 grandes catégories:

  • Les « ring signatures » ou signature de cercle. Procédé cryptographique permettant de signer électroniquement de façon anonyme un message ou un document.
  • RingCT (ring confidential transactions). Le RCT permet de ne pas divulguer le montant d’une transaction.
  • Les « stealth addresses » ou adresses furtives est la technique phare utilisée pour assurer la confidentialité de l’expéditeur et du destinataire lors d’un échange de Monero. Avec une adresse furtive un expéditeur peut prendre l’adresse publique d’un destinataire en faire une adresse unique. Autrement dit, seule une des deux adresses est enregistrée dans la blockchain. C’est uniquement le destinataire qui peut faire le lien entre chaque paiement et connaitre les différentes adresses utilisées lors de l’échange ou paiement. Cela permet donc de publier une adresse et recevoir des paiements de façon totalement anonyme.

En résumé lorsque vous effectuez une transaction, elle ne divulgue pas l’adresse de provenance (adresses furtives). Le RingCT prend les signatures de cercle et cache le montant de la transaction. Au lieu d’envoyer du Monero à une adresse connue, les sorties sont attribuées aux destinataires sans que personnes ne connaissent les adresses auxquelles elles sont affectées. Le destinataire « scanne » toutes les sorties pour voir celles qui leur sont attribuées. C’est un aperçu basique, pour allez plus loin je vous conseille de lire ce document émis par le Monero research lab.

Peut-il rivaliser avec le Bitcoin?

Cadre technique – L’un comme l’autre font face à des problèmes de passage à l’échelle. À l’heure actuelle, chaque nouveau bloc de la blockchain Bitcoin peut accepter une limite de 1 MB. Il y a un très grand risque de saturation, les gens attendent parfois de 20 à 30 heures avant de recevoir leur paiement. Concernant Monero le réseau n’est pas saturé (avec beaucoup de blocs vides par jour en raison de son caractère anonyme). Il est impossible de dire quelles transactions ont été traitées ou pas. C’est peut-être le plus grand défi de Monero, faire en sorte que son caractère anonyme n’entrave pas son passage à l’échelle. Des développeurs comme Fluffypony ont suggéré des solutions offchain (mouvement de la valeur en dehors de la blockchain d’origine) pour résoudre ces problèmes.

Cadre politique – Censurer les transactions? Personne ne peut affirmer avec certitude que les gouvernements vont laisser le champ libre sans contrôle, régulation et/ou sans taxer les crypto-monnaies. Il est même possible que vous deviez enregistrer votre adresse Bitcoin auprès des autorités compétentes. Les pools de minage seront certainement aussi réglementés et ne seront autorisées à miner que les adresses enregistrées (ou en possession d’une licence prévue à cet effet). Peut-être même que le futur minage du Bitcoin sera distribué entre les états-nations avec un hash rate centralisé dans des pools appartenant aux gouvernements.

Le cadre politique est assez pessimiste et effarant mais tout simplement improbable avec Monero.

Référence

Image : Pixabay

Reddit Monero

Twitter : @monerocurrency

Monero prix

Shay Mizuno
suivez-moi

Shay Mizuno

Co-fondatrice de Clientconnect by Tagg agence de conception de chatbots (www.clientconnect.com). Passionnée par la blockchain et les crypto-monnaies.
Shay Mizuno
suivez-moi