Cryptos : Les différents consensus et leur importance (Partie 2)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
http://blockchainmag.fr/cryptos-les-differents-consensus-et-leur-importance-partie-2/
RSS
SHARE
Follow by Email

 

Suite de la série sur les consensus et leur façon de fonctionner. Un « distributed public ledger » a besoin d’algorithmes  efficaces et sécurisés. Voici quelques exemples:

 

 

Leased Proof of Stake (LPoS)

Dans les PoS classiques, les mineurs ayant des soldes en dessous d’un certain seuil ne peuvent bloquer une transaction ou l’ajouter à la chaîne de bloc – tout comme les petits mineurs d’ailleurs. Résultat? Ces derniers ne génèrent pas de nœud et laissent le maintien du réseau à un nombre limité de participants ayant un taux de hash plus important. Cette configuration a ses limites, en effet la sécurité du réseau est meilleure lorsqu’il y a plus de participants. Le LPoS réalise cela en permettant aux petits titulaires de « louer » leurs soldes aux noeuds. Les fonds loués restent sous le contrôle total du titulaire et peuvent être déplacés ou dépensés à tout moment (jusqu’au moment où le bail prend fin). Le montant loué augmente le «poids» du nœud. Les récompenses reçues sont partagées proportionnellement avec les locataires. C’est l’approche adoptée par Waves.

Leased Proof of Stake (LPoS) (DPoS)
Une approche similaire mais différente est utilisée par BitShares et un certain nombre d’autres plates-formes. Le DPoS, est un système qui permet aux détenteurs d’utiliser leurs soldes pour élire une liste de nœuds qui auront la possibilité de bloquer les nouvelles transactions ou de les ajouter à la chaîne de blocs. Cela engage tous les participants. Les titulaires peuvent également voter sur les modifications apportées aux paramètres du réseau, en leur permettant d’avoir une plus grande influence sur celui-ci.

Proof of Importance (PoI)

Une autre variante est le PoI. La première plate-forme à le mettre en œuvre est NEM. Son système de consensus est basé sur l’idée que l’activité de réseau est productive, et ne se base pas seulement sur la quantité des cryptos en circulation. Les chances de résoudre un bloc dépendent de certains facteurs, à savoir: l’équilibre, la réputation (déterminé par un système spécialement conçu) et le nombre de transactions effectuées. Cela fournit une image plus holistique d’un membre du réseau «utile».

 Il existe de nombreuses variantes sur ces approches générales et certaines plates-formes utilisent une combinaison de PoW et PoS – en utilisant souvent le premier pour la distribution des coins, puis en passant à la seconde pour maintenir le réseau. Une autre approche consiste à utiliser les masternodes avec le minage PoW, comme c’est le cas avec DASH et Crown. Dans tous les cas, l’objectif de l’approche par consensus est de sécuriser le réseau, principalement par des moyens économiques: attaquer le réseau doit en effet être plus couteux et le protéger beaucoup plus rentable.
Image : Pixabay
Persisent sur Twitter: @Persistentsys
Shay Mizuno
suivez-moi

Shay Mizuno

Co-fondatrice de Clientconnect by Tagg agence de conception de chatbots (www.clientconnect.com). Passionnée par la blockchain et les crypto-monnaies.
Shay Mizuno
suivez-moi