Cryptos : Les différents consensus et leur importance (partie 1)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
http://blockchainmag.fr/cryptos-les-differents-consensus-et-leur-importance-partie-1/
RSS
SHARE
Follow by Email

 

Les crypto-monnaies utilisent la blockchain pour enregistrer des informations – comme par exemple: le solde de chaque adresse. La clé de son fonctionnement est le maintien d’un consensus autour de ces données. Voici les deux premiers de la série de posts consacrés aux consensus et leurs spécificités:

 

Preuve de travail (PoW-Proof-of-Work)

La preuve de travail est le tout premier consensus publié par le créateur du Bitcoin Satoshi Nakamoto (pseudo). Beaucoup de crypto-monnaies ont adopté ce consensus, y compris Ethereum. Dans le PoW, tous les ordinateurs du réseau qui sont chargés de maintenir la sécurité de la chaîne de bloc – appelés mineurs – travaillent pour résoudre une fonction mathématique appelée hash. Cette tâche est simple (pour un ordinateur) mais extrêmement répétitive et donc coûteuse en termes de calcul. Les ordinateurs se mettent en « concurrence » pour trouver un hash avec des propriétés spécifiques. Ceux qui résolvent le hash ajoutent un nouveau bloc de transactions à la chaîne de blocs et récompensés par du Bitcoin (actuellement 12,5 BTC par bloc), plus les frais de transaction payés par les utilisateurs. Pour pouvoir attaquer un consensus PoW, il faudrait posséder plus de la moitié du hashrate (taux de hash) du réseau total . Cette attaque est connue sous le nom d’ «attaque des 51%». Mais la réalité est qu’aucun mineur ne peut détenir un tel pouvoir de hachage. La tentative d’une telle fraude serait extrêmement onéreuse car elle coûterait autant en matériel informatique qu’en électricité.

Preuve de participation (PoS-Proof-of-Stake)

Comme déjà évoqué, en raison de la de puissance de calcul requise, le PoW est coûteux et nécessite beaucoup de ressources en électricité. La preuve de participation (PoS) est une approche alternative qui a gagné en popularité ces dernières années et qui ne nécessite aucun matériel spécialisé. Dans le PoW, le hashrate détermine la probabilité qu’a un participant d’ajouter le prochain bloc. Dans le PoS, c’est la participation qui est déterminante. Autrement dit c’est comme une loterie: le gagnant est déterminé par hasard, plus il détient la crypto-monnaie en question, plus les chances de gagner sont grandes. La seule cyber-attaque théoriquement possible est également « l’attaque des 51% ».  Le PoS a été conçu par Nxt, les systèmes sont bien adaptés aux plates-formes qui fournissent une quantité statique de cryptos et sans inflation. Les récompenses des « stakers » consistent uniquement en frais de transaction. C’est l’approche adoptée par la plupart des plates-formes financées par le crowd-sale, où les tokens sont distribués en fonction de l’investissement. La preuve de participation est actuellement un consensus bien établi, mais n’est pas souvent utilisé dans sa forme originale (les deux variantes sont: LPoS et DPoS).

Dans le prochain post, les détails du LPoS et DPoS

Image : Pixabay

Référence :Video Consensus Algorithms, Blockchain Technology and Bitcoin UCL – by Andreas M. Antonopoulos

Shay Mizuno
suivez-moi

Shay Mizuno

Co-fondatrice de Clientconnect by Tagg agence de conception de chatbots (www.clientconnect.com). Passionnée par la blockchain et les crypto-monnaies.
Shay Mizuno
suivez-moi